Une nouvelle dictature est-elle possible ?

par Utopiste
vendredi 9 mars 2012

La scène se passe en Allemagne, à notre époque, Rainer Wenger demande à ses élèves si une nouvelle dictature est possible. La réponse est catégorique et unanime : les Allemands ont suffisamment souffert, ils ne reproduiront pas les mêmes erreurs.

Le professeur va alors s’efforcer de prouver qu’ils ont tort. En lançant une expérience : créer les conditions à l’élaboration d’un système autocratique au sein de sa propre classe.

Ce qui passe en premier lieu pour un cours original et ludique pour les élèves se transforme progressivement en adhésion réelle et sincère. Ou se mêleront idéologie, symboles et défense du mouvement contre les éléments extérieurs.
www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=134390.html


Cette histoire, est basée sur des faits réels : l’expérience de la troisième vague, fut réalisé en 1967 par Ron Jones, aux États-Unis, un professeur de la High School de Palo Alto en Californie. Ses effets sont surprenants, en moins d’une semaine, plus de 200 élèves rejoignent le mouvement. Ses adhérents recrutent à tour de bras, agressent et intimident tous ceux qui refusent de se joindre à eux. Des bagarres éclatent régulièrement et une résistance se met même en place pour dénoncer ce mouvement éphémère, mais à l’ascension fulgurante.

Lorsque les élèves prennent conscience que tout ceci n’aura été qu’une expérience, dans le but de leur démontrer que l’avènement d’une nouvelle dictature est toujours possible. Ils sont désabusés et éprouvent une profonde honte, puisqu’ils venaient d’entrer, sans se rendre compte, dans la peau des jeunes Allemands, qui trente ans plus tôt s’étaient laissé subjuguer par Hitler.

L’AUTOCRATIE PEUT-ELLE ENCORE SÉDUIRE LES MASSES ?

L’uniformisme à un double effet, il consolide l’individu dans son choix et le soustrait de toute capacité de réflexion. Par conséquent, un mouvement autoritaire peut voir ses rangs grossir rapidement, puisqu’il subit moins de perte d’adhérents. Le sentiment de puissance accentue le militantisme et l’intolérance. L’individu, appartenant à un groupe fort, n’accepte plus d’être contredit, de voir ses choix, ses idées remises en question. Ce qui a pour effet de le couper du monde externe et de le conduire au fanatisme. Cette tendance s’est confirmée et se confirme encore, dans l’observation de certains mouvements politique, religieux et sectaire.

Un régime autocratique, ou qui aspire à le devenir peut profiter d’une crise politique ou financière, d’une guerre, ou d’une menace de conflit pour se présenter comme une alternative crédible aux yeux du peuple. En stigmatisant une partie de la population, souvent minoritaire, il créer l’ennemi indispensable, pour détourner ses sympathisants de ses véritables problèmes.

À l’échelle d’un état, un régime autocratique peut accéder au pouvoir, en tenant un double discours : offensif devant ses troupes et rassurant pour le reste du monde. Il peut aussi avancé masquer, user de ruses et de tromperies, en défendant la démocratie en période électorale, tout en prônant des mesures extrêmes, qu’ils jugent nécessaire, sans oublier bien entendu de promettre des jours meilleurs. De procéder ensuite par étape lorsque l’élection est entérinée, en supprimant des libertés, en accentuant et en concentrant le pouvoir décisionnel. C’est ce qui se passe probablement actuellement en Hongrie, avec le gouvernement de Viktor Orban.

Il est probable qu’à notre époque, une autocratie ne puisse se mettre en place à visage découvert. Comme ce fut le cas avec les régimes fascistes dans les années trente, qui ne faisaient pas de mystère quant à la suppression de toute opposition et donc d’élections libres.

Ils avanceront vers nous, tels des loups déguisés en agneaux, défendant bec et ongles la démocratie, ils refermeront ensuite le piège, sans que nous nous en rendions compte, alors il sera trop tard.

http://utopieland.com/une-nouvelle-dictature-est-elle-possible/


Lire l'article complet, et les commentaires