Histoire ne pas mettre entre toutes les oreilles

par C’est Nabum
vendredi 13 janvier 2023

 

La venelle à quatre sous.

 

Il était une fois, sur la plus grande rivière naviguée du royaume, la vie bien ordinaire des mariniers. En ce temps-là, la plus grande part des marchandises qui allaient d'un point à l'autre du pays faisait transit sur notre Loire majestueuse. Il y avait grande presse pour mener à bien tout ce qui pouvait trouver place sur une embarcation. Les bateaux allaient en tous sens sur une onde qui était en ce temps là tout comme aujourd'hui, bien délicate à la navigation.

Il en fallait des hommes pour assurer la manœuvre, tirer sur la corde, monter ou descendre le mât, charger et décharger la marchandise, assurer le quotidien de ce trafique incessant. Les pauvres bougres avaient alors des conditions fort dures, des journées longues et épuisantes. La pitance était maigre, la solde pas plus épaisse et les conditions de vie à vous faire préférer les travaux de la terre.

Étaient compagnons mariniers pour le compte d'un autre ceux qui n'avaient pas lopin à cultiver ou bien bateau personnel pour réaliser un petit négoce plus tranquille. Nos forçats du fleuve faisaient le grand voyage de Roanne à Nantes en partie dans les deux sens, d'autres venaient de plus bas encore pour un chemin à sens unique de Saint Rambert jusqu'à l'estuaire avant de s'en retourner à pied, leur sapine vendue comme bois de chauffe ou bien de charpente.

La vie sur le trajet n'était pas toujours facile. Le labeur était rude, les compères avaient la querelle facile et le coup de poing valait mieux que de trop grands palabres. Mis à part la chopine, la distraction était rare et bien qu'ils aient la goule bien grande, qu'ils prétendent tous que les filles leur jetaient, dans toutes les villes traversées, de jolies œillades à vous renverser les sens, les mariniers étaient bien seuls sur leurs rafiots de bois.

Quoi qu'ils puissent en dire, les filles du pays ne regardaient pas de travers ces lascars avinés qui n'en voulaient qu'à leur fleur pour s'en sauver ensuite bien loin de monsieur le curé. Le marinier pouvait avoir, avec beaucoup de chance, une fiancée qui l'attendait au pays. La demoiselle devait être patiente, elle ne voyait son promis au mieux que tous les deux mois. Toujours le pied en l'air, il ne tardait pas à repartir la laissant se désoler et maudire cette satanée marine.

Il y avait donc dans le lot bien plus de vieux garçons que de jolis cœurs. La rude tâche ingrate, la solitude et le poids des fatigues les rendant souvent acariâtres, ils rebutaient même les moins délicates. Si vous passez encore de nos jours le long du fleuve, vous vous apercevrez que ceux d'aujourd'hui ne différent en rien de ceux d'autrefois. La Loire est maîtresse exigeante, elle se prête mais ne se donne jamais à tous ses galants délaissés.

Ainsi, nos trimardiers avaient tous vague à l'âme et regrets éternels. Ils cherchaient dans les tavernes des consolations qui n'attirent jamais le moindre jupon. Ils avaient la vergue en berne et le cœur aussi gros que trop vide. De tous temps quand pareille chose arrive, qu'une troupe de vieux grivois arpente le pays, un petit négoce peu avouable pointe le bout d'une frimousse trompeuse et gouailleuse.

Au fin haut d'Orléans, à la pointe Saint Loup, il y avait là, petite maison accorte qui brillait tous les jours et une partie de la nuit, d'une petite lanterne en guise de fanal. Chacun savait ce que signifiait le message et tous les gars du chemin l'avaient marqué de quelques rêves fripons ! Celle qui n'a jamais vu le loup ignore tout du commerce charnel que de pauvres filles perdues devaient exercer avec ces vilains dépenaillés.

Elles avaient bien du mérite à tenir la manœuvre. Il y avait souvent grand tangage et gros coups de beuglerie. Les clients, jamais reconnaissants, les appelaient du nom peu amène de grues ou bien encore, dans la langue du pays de gaupes ou gouèpes. Elles aussi devaient avaler bien des contrariétés et essuyer parfois des vilains coups de tempête. Si elles ne voyageaient pas, bien lourde était leur charge pour une carrière qui ne durait jamais très longtemps.

Elles aussi étaient le fruit blette de la misère et des temps durs pour les miséreux. Filles sans biens, un incident, une erreur, une famille qui leur tourne le dos, la bienpensance qui se plait à juger alors que c'est si facile quand on est à l'abri et voilà ces femmes sans joie qui rejoignent le grand bataillon des damnées de la terre. Mais tout cela n'arriverait pas si marinier ou bien soldats, traîneux et trimards ne réclamer pas chair fraîche en pâture pour satisfaire désirs bien pires que ceux des gouris !

Hélas, il en sera partout ainsi, les poques doivent perssurer les aiguillettes délaissées avec leurs divartissouères. Pire encore, le marinier n'avait pas d'argent, il était assez radin pour tirer sur les prix. Comme il faut bien vivre, en ce lieu pitoyable, le passage du marinier à cale était bradé pour la modique somme de quatre sous. La venelle en a gardé ce nom, sans qu'il ne fut jamais mentionné ici, l'origine de ce patronyme peu glorieux. Pire même, le Roy, jamais satisfait, prenait sur ces amours tarifés, une taxe à la taille qui se laissait glisser.

Voilà vous savez tout d'un épisode peu glorieux de toutes les marine du monde. Les hommes sont ainsi faits, il ne faut jamais croire en leurs vantardises. Ils se prennent pour des fiers à bras quand ils ne sont que de pauvres bonshommes perdus et ben paillards. C'est hélas de malheureuses filles qui trinquent et paient fort cher le sacrifice qu'elles leur font. De cette lamentable histoire, retenez qu'il ne fait jamais croire les belles paroles enjôleuses des mariniers, bateliers et matelots, ils vous mènent en bateau puis vous abandonnent sur un cul de grève comme une vieille épave.

À contre-courant.


Lire l'article complet, et les commentaires