La parole silencieuse

par olivier cabanel
samedi 3 octobre 2009

Inconsciemment notre corps parle, et tous les gestes que nous faisons ont une signification. Une science est née, elle s’appelle la morpho gestuelle.

Que vous croisiez les bras, ou les jambes, tout cela peut cacher nos pensées les plus secrètes, et si la jambe droite vient couvrir la gauche, ou le contraire cela exprime des messages différents.

Se gratter le genou droit dénote un manque d’enthousiasme, et gratter le gauche est un signe d’arrivisme.

Par contre, croiser ses chevilles l’une sur l’autre quelle que soit la position de ses jambes en position assise est un aveu d’inefficacité.

Cette science consiste donc à analyser nos gestes involontaires afin de déterminer notre pensée.

Cette nouvelle science intéresse beaucoup de monde, cela va du recruteur de talent qui d’après vos gestes saura s’il peut vous faire engager, ou pas, à l’homme politique, soucieux de son image, qui va tenter de la modifier, voire de tricher.

La PNL (Programmation Neuro-Linguistique) tient compte de la morpho gestuelle. lien

Elle aide les individus à mieux communiquer en leur apprenant notamment à utiliser certains gestes et à en éviter d’autres.

A l’inverse elle apprend au « chasseur de tête » le décodage de nos gestes.

La morpho gestuelle devient le passage obligé pour de plus en plus de femmes et d’hommes.

Ils sont plusieurs à la professer, comme par exemple joseph Messinger.

Ce psychologue est aussi écrivain et il a enseigné  dans de nombreuses universités.

Il est publié pour la première fois alors qu’il a déjà 45 ans, sans beaucoup de conviction de la part de son éditeur (first édition).

Pourtant son livre (ces gestes qui vous trahissent), 16 ans après sa première parution n’a pas pris une ride et bat des records de longévité avec plus de 170 000 exemplaires vendus. lien

Il y a aussi Jean Pierre Veyrat lien il étudie aussi le visage.

Il y a des regards qui en disent long.

Un regard orienté vers le haut évoque des images déjà vues, et vers le bas fait appel à des souvenirs.

D’un autre côté le regard à une fonction de reconnaissance de l’autre lors d’un échange ou d’une discussion.

Mais les gestes aussi remplacent mille paroles : une femme qui prend une mèche de cheveux et l’enroule autour de ses doigts cherche à séduire.

d’autres gestes qui sont plus faciles à décrypter : celui qui se ronge les ongles exprime une nervosité, une inquiétude, voire une anxiété.

Lorsque votre interlocuteur couvre la poignée de votre main avec sa main gauche, cela signifie qu’il va lui en demander plus qu’il ne pourra lui en donner. lien

Mais prenons des exemples concrets, et observons les gestes du premier personnage de l’état. Les nombreuses photos qu’il nous offre illustrent parfaitement cette nouvelle science.

Cette image est révélatrice de sa relation face à De Villepin, lien : c’est une poignée de main envahissante.

Si elle n’émane pas d’un ami, il faut prendre du recul d’urgence, car il compte vous en demander bien plus que vous ne seriez disposé à lui en offrir.

Sur cette photo Sarkozy à les mains jointes, coudes en appui, mais les doigts sont écartés deux à deux.

Pour Messinger, le message est clair : cette gestuelle signale un tempérament plus intégriste que tolérant. Il est difficile à vivre, facile à flanquer dehors si vous êtes son supérieur. Il sera toujours persuadé que vous avez tort, avant même de savoir de quoi il retourne.

Mais voici une autre photo plus qu’intéressante.

Il replie l’index, le majeur et l’annulaire, en tendant le pouce et l’auriculaire. Autre photo

Qu’en dit Messinger ?

« Le jour ou il tiendra parole, les poules iront chez le dentiste ! En outre il est aussi fataliste qu’un poulet de grain. Sachez que le destin s’occupe de tout à sa place. Une petite phrase me revient en mémoire en ce qui le concerne « … parce que les gens qui ont perdu tout espoir sont faciles à soumettre ».

Je vous propose maintenant une nouvelle photo

Sur celle-ci, le président pointe l’index dans votre direction, en vous adressant la parole.

Pour Messinger, la famille gestuelle de ce geste est « le pouvoir », le climat mental « le mépris », et la signification celle-ci : « l’individu qui abuse de son index pour embrocher son interlocuteur affiche toujours son besoin d’écraser les autres. Il se comporte en prédateur parvenu »

Il devient lumineux d’observer Benoit Hamon, qui mettant le doigt sur sa bouche exprime qu’il s’interdit de s’exprimer. lien

C’est en quelque sorte la réponse que donne aujourd’hui le parti socialiste face à l’omniprésence présidentielle.

Car comme disait un vieil ami africain : « Quand les hommes bavardent par centaines, c’est celui qui se tait qui à raison » et son corollaire « une tête qui pense seule devient folle »

Documents joints cet article


Lire l'article complet, et les commentaires