Les guÍpes de Mazzika*

par Yohan
jeudi 3 janvier 2008

(celles dont la morsure nous fait du bien.)

Elles sont Egyptiennes, Libanaises, Marocaines, elles s’appellent Ruby, Nancy, Elissa, Hayfa, Laila..., elles sont toutes belles, sensuelles et un brin provocantes. Leurs plastiques (rondeurs fermes, nez rectiligne et lèvres pulpeuses) s’affichent et se dévoilent dans leurs vidéoclips qui inondent cafés, commerces et discothèques, via les chaînes privées satellitaires du monde arabe, telle Mazzika TV*.

En commun, un style de musique très techno-dance, électro R&B et des thèmes de chanson qui ne surprendront personne : séduction, amourettes, rupture, ce qui, alliés à la gestuelle particulièrement suggestive de leurs vidéoclips, en font les Beyonce du Moyen-Orient.

Si leur gestuelle est parfois à connotation sexuelle, elle ne choque guère que les conservateurs des pays arabes les plus libéraux, mais elles en font rêver beaucoup d’autres, plus secrètement...

Ainsi, au Liban, pays où la beauté est primordiale, ces nouvelles égéries à la plastique irréprochable ont une influence incroyable, au point de faire, comme au Brésil, le bonheur et la fortune des chirurgiens esthétiques locaux et des représentants en silicone carné.

L’Egypte, traditionnelle place forte de la chanson arabe, est aujourd’hui détrônée par le Liban et le Maroc qui produisent moult chanteuses à succès, comme Hayfa Wehbé, Nancy Ajram, Elissa, Laïla Gohfrane...

Mais, l’Egypte peut se targuer néanmoins d’avoir la reine des guêpes, en la personne de Rouby, rebaptisée Ruby, qui fait aussi partie des artistes les plus controversées du monde arabe. Cette somptueuse créature à la réputation sulfureuse est aussi animatrice télé, comédienne et mannequin à ses heures et, comme toute belle liane, sous contrat avec une marque (forcément) italienne de maillots de bain.

Si le langage du corps est à la base de la danse orientale, un art qui a ses règles immuables, il semble que celles-ci soient pour le coup largement outrepassées. Cette mode est, on s’en doutait, loin de faire l’unanimité. Des comités de citoyens en appellent à la censure de ce qu’ils qualifient de porno-clips. C’est ainsi qu’au Koweit par exemple, Ruby et Nancy Ajram se sont vues interdites de se produire.

En attendant, les jeunes, eux, en raffolent et les garçons téléchargent clips et photos de leurs bimbos préférées sur leurs portables. Il faut dire que pour cette jeunesse, c’est une fierté et une revanche que de pouvoir rivaliser sur le terrain de la créativité artistique avec l’Occident, montrant ainsi que la liberté d’expression n’est pas que leur apanage.

Avec un bémol cependant, car cette vision émancipée de la femme correspond moins à une réalité objective qu’à l’aspiration des jeunes générations à vivre au rythme de ce que les télévisions occidentales leur proposent sur les chaînes satellitaires : des créatures de rêve dans de luxueuses berlines, rien de moins que le bling bling habituel.

Entrer sous la tente vous tente ? : (ordre des clips non garanti)

RUBY (Egypte)


NANCY AJRAM (Liban)


HAYFA WEHBE (Liban)

ELISSA (Liban)


LAILA GOFHRANE (Maroc)

HEKMAT (Maroc)






Clip Nancy Ajram "chanteuse libanaise très pouluaire" en plus très belle !!! - Ma-Tvideo France2
Clip Nancy Ajram "chanteuse libanaise très pouluaire" en plus très belle !!! - Ma-Tvideo France2
Clip vidéo de Nancy Ajram titre " Yay Seher Ayouno", très belle jeune femme d’origine Libanaise née en Mai 1983 à Beyrouth.

Elle gagna trois fois de suite le titre de chanteuse la plus populaire du monde arabe en 2004, 2005 et en 2006 avec le MUREX d’OR.

Mots-clés : arabic nancy ajram nancy ajram orient moyen orient liban
Video de nabilh41



Lire l'article complet, et les commentaires