On a marché sur la tête

par olivier cabanel
mardi 19 janvier 2021

 

Plus ça change, plus c’est la même chose...

Où sont les vaccins promis ?

A quoi servent les couvre-feux, les confinements à répétition... ?

Quelle est la cohérence de toutes ces décisions ?

Ce sont toutes ces questions et bien d’autres que les français se posent, et on est en droit de se demander pour quelles raisons les médias traditionnels sont si silencieux, répandant inlassablement les mêmes messages anxiogènes, et provoquant parfois des suicides en chaîne ?

Il n’est pas inutile de comparer à nouveau les causes de mortalité en France (aout 2020 ndlr)

Sur la question des suicides, là aussi, c’est le chaos, (la France étant en Europe en tête du nombre de suicides), car les médias traditionnels se contredisent...

Ainsi dans « Le Monde », du 23 novembre 2020, on peut lire «  nous n’observons pas d’augmentation significative pendant la période  » (1er confinement ndlr) selon le responsable de l’USM (Unité de Santé Mentale) à la direction de la prévention et de la promotion de la santé.

Un certain Guillaume Vaiva affirme que les tentatives de suicide ont chuté de moitié...alors que selon les observations de l’Université de Lille, menées sur 69 000 étudiants, 11,4% (soit 6053 étudiants) ont été traversés par des idées suicidaires, statistique confirmée par l’IRDES (Institut de Recherche et Documentation en Economie de la Santé) qui affirme avoir relevé un état de détresse psychologique chez un tiers des 20 000 adultes sondés en avril. lien

Et puis on pouvait lire dans le « Libération » du 17 novembre 2020 : « ...le nombre de tentatives de suicides a chuté lors du premier confinement avant de repartir à la hausse depuis le printemps  ». lien

Comment expliquer ces informations si contradictoires ?

Et quid de la décision prise par Macron, assurant que le vaccin ne serait pas obligatoire sauf que rendre le vaccin covid obligatoire est légalement impossible, car, comme l’affirme le l’avocat Carlo Brusa, ce vaccin (Pfizer mais aussi les autres vaccins basés sur une thérapie génique) est en réalité une thérapie génique, et donc pas un vaccin, mais un traitement, raison pour laquelle le gouvernement ne peut pas le rendre obligatoire. lien

Quant au chef de l’état, il ne sait plus à quel saint se vouer, et s’est récemment fâché tout rouge contre son ministre des transports, lequel annonçait triomphalement que 26 millions de Français pourraient être vaccinés d’ici l’été... alors que Véran, plus modeste avait martelé qu’au mieux, on en serait à 15 millions en juillet. lien

Vous avez dit « cafouillage » ?

Macron s’est-il dit que finalement, pour faire basculer l’opinion de ses sujets au sujet de la vaccination, il fallait évoquer le risque d’une pénurie ?.. Stratégie commerciale bien connue et qui tombait à pic puisque, comme par hasard, Pfizer annonçait un retard dans la production, suite à leur décision de modifier le processus de production. lien

Cela a-t-il modifié le sentiment des français au sujet de ce vaccin ?... Toujours est-il qu’ils ont subitement changé d’avis, et deviennent majoritairement favorables aux vaccins.

D’autre part, il est de plus en plus question du « passeport vaccinal », celle ou celui qui ne sera pas vacciné ne pourrait pas passer les frontières, ou participer à des actions culturelles, ce qui revient finalement à valider indirectement l’obligation de se faire vacciner.

Pourtant la partie n’est pas gagnée pour autant car, selon Média Presse-Info, (qui reprend un article de LifeSite), aux USA, des centaines de personnes (plus de 1000) se sont retrouvées aux urgences après avoir reçu le vaccin contre le Coronavirus. lien

D’ailleurs des nouvelles alarmantes, en provenance de Norvège, que les médias officiels occultent, nous apprennent que les morts du vaccin sont de l’ordre de 1 pour 1000... lien

Du coup, s’il faut en croire Mathieu Laurent, dans son journal de 18h sur France Culture, les autorités norvégiennes se posent la question de l’utilité de vacciner leurs sujets les plus âgés, ou les plus fragiles, les enfants, estimant que pour ceux qui ont une espérance de vie plus courte « les avantages du vaccins peuvent être marginaux, et non pertinents ». lien

Ajoutons pour la bonne bouche que, s’il faut en croire le Ministre de la Santé : « nous n’avons pas déterminé (...) si le vaccin protège du risque de contamination ». lien

Mais il y a pire, si l’on peut dire...

La Professeure Dolores Cahill fait un large tour d’horizon sur la pandémie actuelle, et ce qu’elle affirme est pour le moins troublant.

Cette scientifique, spécialiste en biologie moléculaire, professeure en "recherche de transfert », affirme « qu’un grand nombre de publications (dans les domaines sur lesquels elle travaille depuis 30 ans) ne représentaient pas correctement la réalité... », et elle a réalisé que « une proportion énorme, significative, des publications étaient incorrectes et qu’il y avait de la résistance à l’intérieur de la communauté scientifique et des chercheurs à corriger cela  »...

Elle a aussi une opinion très tranchée sur la validité du confinement, assurant que «  le confinement a des effets délétères (...) dépressions, troubles anxieux, à cause des baisses de revenus » ajoutant « qu’il y aura des maladies associées à l’appauvrissement, notamment des cancers, des maladies cardiovasculaires, des dépression et une augmentation du nombre de suicides...(...) qu’il faut comparer cela à combien de personnes mourront de la covid-19...  ».

Elle assure que ces chiffres sont connus depuis longtemps : « sur le site de l’OMS et CDC (USA) ils ont calculé que 56 personnes mourraient par jour au moment du pic de circulation de SARS-CoV2, en Chine, en Asie et dans l’hémisphère Nord, (...) il est connu que pour chaque mois de confinement, tout le monde perd, en Europe, en moyenne un mois de vie..

La scientifique ajoute : « Selon une étude suisse de 2020 nous aurons perdu 2,5 millions d’années de vie (...) donc le mal induit par le confinement est très largement pire que le mal causé par le SARS-CoV2, alors qu’il existe des traitements préventifs et curatifs (...) qui ont donné lieu à des prix Nobel : la vitamine D, la vitamine C et l’Ivermectine...l’hydroxychloroquine est sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS depuis 2017, et le Zinc. Donc nous ne devrions pas avoir autant de morts. On savait depuis janvier que cela préviendrait et soignerait, et donc nous aurions pu, (elle cite l’Irlande) n’avoir pratiquement aucun mort », concluant « il n’y a pas besoin de confinement, il n’y a pas besoin de toutes les autres mesures ». lien

Cette grande scientifique, incontestée parmi ses pairs, va encore plus loin : « les vaccins vont tuer, et ils diront que c’est le covid-19  ». lien

Quant à l’efficacité du vaccin par rapport aux variants, elle est loin d’être prouvée. lien

On se souvient que Pfizer avait affirmé récemment qu’en 6 semaines, il pourrait fournir un vaccin adapté aux variants... reconnaissant implicitement que le vaccin actuel ne convenait plus. lien

.L’occasion d’écouter le Dr Laurent Vercoustre, aujourd’hui à la retraite, car ce passionné de Michel Foucault, s’interroge sur le monde médical d’aujourd’hui...il rappelle cette pensée pertinente d’un autre docteur, Mike Ryan en l’occurrence, de l’OMS : « ...s’il y a bien une chose plus dangereuse qu’un mauvais virus, c’est un mauvais vaccin  ».

Le Dr Vercoustre écrit dans son blog : « que sait-on de ces vaccins bricolés en quelques mois ? les seules informations disponibles, nous les tenons de communiqués de presse (...) divulguées par les fabricants eux-mêmes (...) autoriser et poursuivre de telles expériences sans aucune évaluation et sans débat sur le risque à long terme qu’elles représentent pour notre santé est irresponsable et inconscient  ». lien

Christian Velot, ce très médiatisé lanceur d’alerte, expert en génétique moléculaire, entre autres, a publié une note d’expertise grand public sur les vaccins, et s’interroge à son tour sur les « vaccins de dernière génération, avec les risques potentiels qu’ils peuvent engendrer », proposant une vidéo sur le sujet, en précisant « qu’il ne s’agit en aucun cas de s’inscrire dans un débat pro ou anti-vaccin, conscient du fait que si l’ on critique un vaccin, on est tout de suite étiqueté d’anti-vaccin ». lien

A chacun donc de décider si, malgré le risque d’un accident, le vaccin vaut la peine d’être tenté et si le jeu en vaut la chandelle, car comme dit mon vieil ami africain : « si en te baignant tu as échappé au léopard, prend garde au crocodile  ».

Le dessin illustrant l’article est de Tcho

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Le virus les rend fous

2021, l’An foiré

Vaccin, la grande pagaille

OGM pas les vaccins

Des confinés déconfits

Vaccin glin-glin

bas les masques

Au bouleau

Un bon docteur n’a pas de clients

Ce Gui qui met l’amour en cage

Atchoum

A table avec les sauvages

A table avec les insectes

Des racines et des arbres

Main verte pour tomate rouge

La drogue ce tabou

Ces plantes qui font trembler Big-Pharma

Arrêtez la terre, je veux descendre

A l’oreille des feuilles

Les dessous du chou

Le jardin extraordinaire

Des piquants qui protègent

Ces plantes qui tuent les virus

L’amarante, plante espiègle


Lire l'article complet, et les commentaires