Sauvés par l’écorce

par olivier cabanel
mardi 10 février 2009

Nous ignorons pour la plupart d’entre nous que l’écorce des arbres fait partie de notre vie de tous les jours.

Bien sur, personne n’ignore les propriétés du liège, dont le chêne du même nom nous procure les bouchons qui ferment hermétiquement nos bonnes bouteilles, mais qui sait que ce même liège protège aussi la vie du chêne lors des incendies ?

Savez vous que nous mettons l’écorce d’un arbre dans notre cuisine ?
La cannelle, écorce du cannelier, fait en effet merveille pour parfumer les tartes aux pommes, et autres pains d’épices.

L’écorce est essentielle dans la préparation du cuir, puisque le Tan, extrait de l’écorce des chênes permet de tanner le cuir.

Les fibres de l’écorce du Tilleul servent à fabriquer des textiles, et les écorces du mûrier à papier et du lokta permettent de faire du papier.

Les amoureux des orchidées se servent aujourd’hui de l’écorce des séquoïas afin d’y faire pousser leurs chères fleurs, et les indiens utilisaient l’écorce des bouleaux pour faire des embarcations.

Mais il y a surtout l’écorce qui soigne :
Il semble que l’on doit la découverte de l’aspirine à un pharmacien, Pierre Joseph Leroux, qui vivait au 19ème siècle à Vitry le François, et connaissait l’utilisation de l’écorce de saule blanc comme fébrifuge. Voici un lien pour tenter de la fabriquer à votre tour :
http://www.uicchampagne-ardenne.fr/Utilisation-medicale-de-l-ecorce

Les animaux connaissent parfaitement les bienfaits que procure l’écorce puisque les ruminants n’hésitent pas à la ronger pour se soigner ?

L’écorce du quinquina, dont on extrait la quinine n’est pas une nouveauté, mais qui sait que l’écorce du Manguier permet de soigner le paludisme ?

Le bambou est remarquable : cette véritable source de silice permet une meilleure solidité des os, évite les ongles et cheveux cassants, soigne les douleurs articulaires et les règles douloureuses.

L’alcaloïde extrait de l’écorce du Prunus africana est utilisé pour soigner la prostate.
Comment ne pas évoquer aussi le cas de l’écorce du Lapacho, arbre d’Amérique du Sud. Elle élimine les toxines, stimule le système immunitaire, et permettrait de traiter le cancer.
http://www.fibrochat.net/rubrique,lapacho,1090715.html

On a aussi découvert que l’écorce de l’If dont on a isolé une substance : le taxol, synthétisée pour la première fois en 1994 est la base d’un nouveau médicament utilisé contre les cancers du sein et des ovaires.

Et ce n’est pas tout.

Des chercheurs de l’institut de pharmacognosie de l’université de Vienne, en collaboration avec l’institut de chimie et de technologie pharmaceutique de l’université de Graz et de l’institut de recherche biomédicale Wolfson de Londres ont découvert récemment que l’écorce du Trichilia Catigua ou Catuaba, (plante exotique utilisée dans la médecine traditionnelle brésilienne) permettrait de lutter contre l’impuissance sexuelle.
cette découverte a été publiée dans le magazine spécialisé « planta médica ».
Selon les chercheurs, les extraits de Catuaba ont un mécanisme d’action sur l’organisme très différent du viagra.

Une autre espèce intéresse les scientifiques : l’arbre Chione Venosa dont les extraits utilisés dans les préparations médicales traditionnelles contiennent des iridoïdes qui ont des effets physiologiques importants chez les êtres humains.
(voir le bulletin electronique Autriche N° 53 rédigé par l’ambassade de France en Autriche consultable sur www.bulletins-electronique.com)

Mais le plus intéressant reste à venir :

L’homme moderne pense toujours être à la pointe de la technologie.
Il pourrait bien pourtant avoir été devancé par nos ancêtres Néandertaliens.
En effet, deux chercheurs de l’université de Burnaby, au Canada, ont découvert en 2003 que l’homme de Néandertal consommait l’écorce des arbres.
Ils fondent leur affirmation sur l’observation qu’ils ont fait de différents outils fabriqués par nos grands ancêtres, datant de plus de 50 000 ans et utilisés pour enlever l’écorce interne des pins et des mélèzes, laquelle est très nutritive.
http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=3775

Comme disait un vieil ami africain :
 « Celui qui a planté un arbre avant de mourir n’a pas vécu inutilement ».

Lire l'article complet, et les commentaires