IsraŽl pacifie Gaza

par Peachy Carnehan
mardi 6 janvier 2009

Tsahal a lancé avec ménagement et sobriété quelque 10.000 hommes, 100 chars Merkava et autant de F-16, sur la bande de Gaza. Pour la paix mais en plombant les têtes.

Même dans l’épreuve Israël fait preuve de la maturité et de la sagesse qui sied à une grande démocratie. Frappé par cinq tirs de roquettes Qassam* - ces bricoles artisanales (et meurtrières) assemblées dans les caves de Gaza - l’état hébreu a su une fois de plus réagir avec pondération et modération face à l’adversité. Être une terre de liberté au milieu de contrées hostiles et obscurantistes implique , il est vrai, un minimum de retenue.


Tout logiquement, et pour répondre aux feux d’artifices du nouvel an du Hamas, Tsahal a donc lancé avec ménagement et sobriété quelque 10.000 hommes, 100 chars Merkava et autant de F-16, sur la bande de Gaza. On imagine que les civils, morts par centaines et blessés par milliers, ont apprécié ce "shock and awe" (frappe et terreur) digne des plus glorieuses heures du crétin sortant de la Maison Blanche, Georges W. Bush. Gaza-ville, bombardée hier soir, n’a plus qu’à accueillir ses libérateurs avec des colliers de fleurs avant de mettre ses défunts en terre.

 

TZIPI LIVNI, DIPSY, LALA, PO...



Au terme de cette vaste campagne de pacification et d’éducation, les enfants palestiniens - quoique mutilés et meurtris - seront, n’en doutons pas, redevables à Israël pour sa mesure et sa magnanimité une fois devenus grands. "On récolte ce que l’on sème", tel pourrait aussi être l’adage de l’opération - très justement - nommée "plomb durci". Encore quelques centaines de victimes collatérales et l’Histoire pourrait même rebaptiser ce grand moment d’humanisme en plan de "Paix et démocratie". Un véritable pari sur l’avenir.

A leur décharge reconnaissons que dans les arcanes du pouvoir de l’état hébreu il était urgent de faire vite avant les élections générales de février, et surtout de se presser avant l’investiture de Barack Obama. Après il pourrait être trop tard pour diffuser sans contraintes la philosophie des Lumières aux peuples opprimés. Et on ne parle même pas de l’image exemplaire à présenter aux générations futures du monde entier.


Sacrés Tzipi Livni, Dipsy, Lala, Po, et Bébé Soleil des Télétubbies**. Et pauvre Israël. Et malheureux peuple palestinien. Et pauvre planète.


* Avant la grande parade militaire Israëlienne du 27 décembre dernier.
**Tzipi Livni, ministre Israélien psychorigide des Affaires Étrangères.

Peachy Carnehan
www.nordenstar.com

 


Lire l'article complet, et les commentaires