Le SÚnat Ó gauche : Merci camarade Sarkozy !

par Peachy Carnehan
lundi 26 septembre 2011

Pour la première fois sous la Ve République, le Sénat bascule à gauche. C'est avec émotion que nous adressons un vibrant hommage au camarade Nicolas Sarkozy pour son investissement personnel dans ce succès anti-capitaliste historique.

Il leur fallait remporter 23 sièges, nos camarades travailleurs sénateurs socialistes en ont arraché 27 ! Pour la première fois sous la Ve République, le Sénat bascule à gauche. C'est Jean-Pierre Bel, président du Soviet Socialiste Suprême du Sénat et prochain deuxième personnage de l'Etat, qui l'a annoncé avec émotion ce soir dans un Palais du Luxembourg devenu Palais d'Hiver sans attendre la confirmation officielle des traîtres bourgeois du ministère de l'intérieur . « Le 25 septembre 2011 est un jour qui marquera l'histoire. Pour la première fois dans l'histoire de la Ve République, le Sénat va connaître l'alternance ».

La victoire de la gauche, et de la Révolution, avec un minimum de 177 sièges, soit deux de plus que la majorité absolue tenue jusque-là tenue par les réactionnaires affameurs de l'UMP, est - n'ayons pas peur des mots - un changement historique. Ce qui semblait improbable depuis 1958 par la faute d'une constitution capitaliste forgée pour empêcher une telle alternance est devenu une réalité. Tout est devenu possible. Pour la postérité ce ne sera pas pas le moindre des succès de Nicolas Sarkozy ; les générations futures d'historiens sauront apprécier cet événement à sa juste valeur.


Merci camarade Sarkozy !

 

En conséquence, les auteurs d'Agoravox, ses commentateurs, ses correspondants de guerre, ses commissaires politiques, tiennent solennellement à remercier le « Président du pouvoir d'achat » Nicolas Sarkozy, qui, par sa prodigieuse virtuosité politique et sa probité légendaire, son sens de l'Etat et de l'intérêt public, a permis à la gauche Française de s'emparer de la majorité des villes, des villages, des cantons, des départements, des régions, du Sénat et bientôt l'Élysée et du palais Bourbon.

Encore merci à toi, camarade Sarkozy ! Les damnés de la terre, les forçats de la faim, les foules esclave, n'oublieront jamais ton immense dévouement à la cause de l'Internationale socialiste.

 


Lire l'article complet, et les commentaires