Lettre Eric Zemmour

par Eric la Blanche
samedi 5 mars 2011

Un professionnel démonte les propos d'Eric Zemmour.

Monsieur Zemmour,

Je voudrais revenir sur l' "affaire" dans laquelle vous avez été condamné pour « provocation à la discrimination raciale » en raison de vos propos sur les contrôles au faciès : « Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait ».

Moi qui suis trafiquant depuis de longues années, je suis profondément choqué par vos propos : je ne vois pas pourquoi les Noirs et les Arabes seraient les seuls membres de notre vénérable profession à avoir l'honneur d'être cités. J’ai consulté quelques collègues à ce sujet et nous sommes unanimes : ni les Arabes ni les Noirs ne sont légitimes pour nous représenter, notamment au regard de leur risible chiffre d’affaire. Il n'y a donc aucune raison qu'ils reçoivent les honneurs à notre place.

Prenez mon ami Luigi, qui trafique entre l’Italie, l’Espagne et l’Amérique du sud pour fournir votre jeunesse dorée et vos animateurs de télévision en cocaïne , il génère des milliards d’euros de chiffre d’affaire chaque année : quasiment pas de Noirs et d’Arabes dans son métier, ou alors tout en bas de l’échelle, pour revendre les miettes.

Son cousin Rocco qui trafique les ordures toxiques entre Naples, la Roumanie et les côtes somaliennes est du même avis : il est même vexé que les Italiens ne fassent pas l'objet des touchantes attentions de la police nationale. Je me demande même s'il ne serait pas un peu raciste.

Piotr, ukrainien, proxénète et trafiquant de jeunes femmes de l’est confirme : pas de Noirs ou d’Arabes dans sa branche. Son frère Igor, trafiquant d’armes en Afrique travaille effectivement avec des Noirs mais ce ne sont que des clients, pas des partenaires.

Pour finir, mon ami Jean-Eustache, spécialiste du trafic d’influence, des produits financiers pourris et du blanchiment d’argent, que vous connaissez peut-être, éclate carrément de rire : la délinquance en col blanc rapporte bien plus que celle « à capuche » : pour lui, ce sont plutôt les hommes politiques, les banquiers et les hommes d’affaires qu’il faudrait systématiquement contrôler.

Alors franchement, que reste-t-il à vos Noirs et à vos Arabes, M. Zemmour ? Le hasch et les mobylettes ? Les téléphones ? Les incivilités ? Non ! la « plupart » (laquelle ?) des trafiquants ne sont pas noirs ou arabes. Vous devez confondre avec ceux qui se font choper.

J’ajouterai également qu’avant d’être noirs ou arabes, ils sont surtout pauvres, banlieusards et fils d’immigrés également pauvres (et souvent illettrés). Or l'on sait depuis longtemps (depuis toujours ?) que la pauvreté et l’ignorance sont les mamelles de la délinquance et que la couleur de peau n’a rien à voir là-dedans - sans quoi il faudrait mettre un continent entier en prison : les révolutions de jasmin nous montrent que ça ne dure qu’un temps.

En conclusion, au nom de mes illustres confrères trafiquants de tous poils, j'affirme donc bien haut que nous ne souhaitons en aucun cas être représentés par les pauvres qui remplissent les taules de votre pays, quelles que soient leurs origines : nous sommes riches, nous, Monsieur.

Nous sommes une confrérie honorable et, si je n'avais quelque respect professionnel pour le talent avec lequel vous trafiquez les idées, je vous referais bien le procès que vous avez perdu.

Tony Truand.

abonnez-vous aux blablas de la Blanche


Lire l'article complet, et les commentaires