MAM, fiche-toi toi-mÍme

par Jean-Dominique Reffait
lundi 8 septembre 2008

Madame la ministre de l’Intérieur,

La réforme des services de renseignements que vous venez de conduire a pour conséquence l’unification des moyens de renseignements dont dispose le gouvernement. La création d’Edvige apparaît, dans ce contexte, fort logique, dans la mesure où le fichage par les Renseignements généraux des personnalités et militants actifs était déjà très largement pratiqué ainsi que celui des personnes susceptibles de nuire à la sécurité de l’Etat.

Vous y avez ajouté plusieurs couches, sans doute pour faire plus neuf et, en fusionnant les fichiers, vous avez élargi le champs de renseignement à des informations personnelles dont le moins que l’on puisse dire est qu’elles ont un rapport très évasif avec la sécurité publique : les orientations sexuelles ou les relations intimes d’un représentant associatif ne constituent pas, à nos esprits sans doute peu éclairés, des informations susceptibles de désamorcer une bombe d’Al-Qaïda, mais sans doute nous trompons-nous. De même, le fichage des mineurs de 13 ans, sans limitation de durée, va sans doute faire régresser de façon spectaculaire le grand banditisme.



Une chose est rassurante avec Edvige : à ficher tout le monde, vous ne ficherez personne et vous vous retrouverez, tels les Anglo-Américains avec le réseau Echelon de sinistre mémoire qui pistaient tous les emails suspects et qui ne sont pas parvenus à identifier les messages des acolytes de Ben Laden organisant les attentats du 11-Septembre, avec une telle masse d’information qu’elle n’en sera plus exploitable.

Personne ne doute, Madame la ministre de l’utilité de ce fichier, pas davantage d’ailleurs de son innocuité. C’est la raison pour laquelle j’ai une prière à vous adresser.

Pourriez-vous vous engager, à titre symbolique mais non moins effectif, à créer la première fiche d’Edvige à votre nom ?
Cette fiche numéro 1 pourrait évidemment comporter tous les renseignements prévus par votre décret, afin qu’il ne soit pas permis à de mauvaises langues de sous-entendre que vous craigniez Edvige vous-même. Ainsi, n’omettez aucun détail de votre vie publique et privée, de vos préférences alimentaires ou sexuelles, de vos lectures favorites ou de vos lieux d’intimité. Le nom de votre fournisseur d’écharpe serait un plus apprécié.

Dans le prolongement de cette louable action, profitez-en pour tester l’efficacité de votre système informatique et de vos nouveaux services en faisant remplir les fiches suivantes concernant le président de la République et vos collègues du gouvernement par les fonctionnaires de la nouvelle Direction du renseignement en leur donnant bien la consigne de n’omettre aucun détail croustillant susceptible d’intéresser la sécurité du pays : il se pourrait bien que dans cette équipe remarquable se dissimule traîtreusement un dangereux mangeur compulsif de chocolat marié à une chanteuse à voix. On n’est jamais trop prudent pour le bien des Français.

Une fois cette étape franchie, vous aurez eu raison de tous ces droit-de-l’hommistes incurables et soupçonneux et ainsi établi triomphalement la confiance illimitée des Français pour cette délicieuse Edvige.

Veuillez recevoir, Madame la ministre, l’assurance de mes sentiments anonymes.


Lire l'article complet, et les commentaires