Quand la mre Nol prend les rnes

par C’est Nabum
dimanche 25 décembre 2022

 

Femme au foyer

Une position intenable

 

En dépit de l'affection qu'elle portait il y a peu encore à son vieil époux, la mère Noël, influencée sans nul doute par les mouvements féministes se refuse catégoriquement à rester femme au foyer. Celle que son charmant compagnon nomme affectueusement « Ma Reine ! » n'en peut plus de ce mari volage qui a toujours le feu en un endroit que je ne peux évoquer devant les enfants. Entre eux, il y a comme un coup de froid, une véritable glaciation.

Il est vrai que vivre en Laponie n'est pas une sinécure pour celle qui reste à la maison tandis que l'autre va jouer les cabots, les bellâtres, les mariolles dans tous les supermarchés et centres commerciaux du Monde. Il en revient épuisé certes mais toujours plus gonflé d'orgueil et de prétention, s'attribuant une cote de popularité qui lui donne des ailes.

La pauvre femme se doute que sous la cape rouge bat le cœur d'un vieux cochon qui pense que distribuer des friandises lui permettra quelques privautés avec les petits enfants. Elle se refuse à endosser un éventuel scandale, elle sait que l'habit long peut cacher bien des turpitudes et que la sainteté n'exclut pas que les petits anges aient parfois un sexe.

La mère Noël a été catégorique, elle a dénoncé son bonhomme sur les réseaux asociaux sans même disposer de la moindre preuve. L'autre, toujours absent en cette fin d'année, n'a pu que constater que non seulement le torchon brûlait dans son couple mais que, qui plus est, la coupe était bien plus pleine que sa hotte. Il était trop tard pour revenir en arrière et effacer un contentieux qui n'a cessé de s'allonger comme les listes de cadeaux reçues chez eux.

C'est sans doute là qu'il faut voir les véritables raisons de la rupture. La pauvre femme, lasse d'être prise pour une potiche, s'épuisait à répondre à un courrier de plus en plus abondant et toujours plus volumineux. C'est à croire que les enfants en voulaient toujours plus. Tandis que son bonhomme trouvait un peu partout des supplétifs à peine crédibles pour tenir son rôle, ne pouvant satisfaire à toutes les demandes, alors qu'il exploitait honteusement des lutins pour assurer la maintenance de sa messagerie céleste, elle n'avait aucune aide pour tenir la plume et répondre aux enfants.

La Mère Noël a donc rendu son tablier et signifié la rupture avec son exploiteur de mari. Sa décision est irrévocable, mûrement réfléchie. Il n'est pas à revenir sur ce point. Quand son gredin rentrera de sa tournée, il trouvera non seulement portes et fenêtres closes mais qui plus est, la femme a demandé à un plombier polonais de venir murer les cheminées de sa demeure tout en lui installant une pompe à chaleur.

Elle s'amuse d'ailleurs à l'avance de la tête de son lascar, quand se cassant le nez devant sa maison, il trouvera ses effets devant ladite pompe. Un renversement de situation aussi astucieux que mesquin qui enchante celle qui depuis trop longtemps est restée dans l'ombre. La femme a du reste pris des résolutions pour assurer son avenir. Elle entend ouvrir une société rivale de celle de son bonhomme. Qu'il aille au diable, elle va le mettre sur la paille avec ses chers rennes et son traîneau.

La mère Noël envisage de se soucier un peu plus de la Planète que son vieux grigou. Elle entend limiter la distribution à un paquet par enfant, sans utiliser de papiers et de rubans d'emballage, sans même de cartons et de plastique. Elle s'assurera personnellement de la provenance et de la nature des cadeaux. Il n'est pas question que des enfants esclaves fabriquent pour des enfants rois, des objets qui viennent aggraver le bilan carbone. Elle sait pouvoir compter sur les femmes de cette planète pour revenir à la sagesse et à la raison.

Avec la mère Noël, l'espoir est à nouveau possible. Laissons donc tomber son vieil époux, marqué par une vénalité sans nom, une corruption qu'elle ne pouvait supporter et des pratiques poussant toujours plus à la consommation. Les temps changent, tournez-vous vers cette brave femme.


Lire l'article complet, et les commentaires