Etoile des neiges, pays merveilleux...

par Yohan
mardi 2 décembre 2008

Même pas peur !
Décidemment, les français ne font rien comme les autres. Cet hiver, il semble bien que les bronzés de service iront faire du ski, crise ou pas.
D’ailleurs, il neige déjà sur les sommets et les stations attendent de pied ferme leurs vacanciers.
Budget moyen des familles par séjour, plus de 1.500€. Mazette !
Certes, il faut relativiser. Depuis 20 ans en effet, les jeunes, les seniors et notamment les classes populaires ont lâché l’affaire, n’ayant plus les moyens. Même, les comités d’entreprise, les classes de neige abandonnent peu à peu la partie. Seuls les gros CE se maintiennent vaille que vaille.
D’ailleurs les loueurs le disent « depuis une dizaine d’années, ce sont les anglais qui font tourner le business » et la crainte de ne pas les revoir cette année hante leurs nuits.
Heureusement, les français qui - on le sait - ont la main sur le coeur, semblent décidés à soutenir le cours de l’or blanc.

Orgueil national, quand tu nous tiens !.
Mère prudence supérieure leur dit pourtant de rester sage cette fois, mais les ados piaillent et, que voulez-vous, il serait malvenu de les décevoir, eux qui ont les oreilles qui sifflent depuis le mois d’octobre.
De plus, avec 100.000 chômeurs de plus, il serait injuste de rajouter à la liste l’indispensable Bison futé !
Au diable les varices et laissons nous dicter le jugement de Salomon, qui nous recommande sa Performa X5, en promotion exceptionnelle.
Les Comités Régionaux du tourisme claironnent en choeur " les perspectives sont plutôt bonnes pour Noël et février".

Crise ou pas, si la neige continue de tomber, les français devraient donc se précipiter, quitte à anticiper pour profiter, avant la ruée, des rabais et autres formules en tout compris qui ne manqueront pas d’être proposés aux récalcitrants.
L’Institut Protourisme le confirmait de son côté durant l’été « les français n’envisagent pas de rogner sur les vacances ». Mais c’était juste avant que ne se déclenche la crise boursière et bancaire.
« Ils prisent dorénavant les destinations de proximité » dit l’enquête, qui persiste à croire que la montagne pourrait bien être l’heureux bénéficiaire de ce report de clientèle.
Bien que les réservations soient pour l’heure moyennes, elles ne semblent pas céder à celles de 2007.

Ainsi la station de Montgenèvre affiche déjà quasiment complet pour Noël. Ailleurs, les réservations en ligne ont le vent en poupe.
Certes, les clients sont exigeants, rognent sur les prix et se renseignent sur les bons plans, quitte à faire tourner les comparateurs.
Du coup, ce sont les courts séjours et les formules clé en main qui ont la cote.
En station, les agents immobiliers se veulent également optimistes, du moins pour février, car selon eux « les gens ont envie d’oublier la crise en s’offrant un bol d’oxygène ». 
Le cours de l’or blanc pourrait donc rester stable, au moins jusqu’à la prochaine saison.
Pour maîtriser la dépense, certains feront comme l’année dernière où un loueur de matériel me confiait ceci « depuis que je fais ce métier, c’est la première fois que je vois deux filles prendre un forfait pour deux, l’une skiant le matin, l’autre l’après midi ».
Ceux qui craignent de déchanter, ce sont les restaurateurs. La petite raclette rituelle arrosée au Fendant du Valais a du souci à se faire.
On va donc skier cette année, mais à l’économie, sauf sur les planches qu’il conviendra de rentabiliser.
Il est clair qu’entre chanter les pieds dans la merde ou chanter les pieds dans la neige, les français ont choisi.
Et chez nous, qui ne connaît pas la chanson « Etoile des neiges, ô pays merveilleux » ?

Lire l'article complet, et les commentaires