Honoris causa remis Ó CÚline Dion : lettre ouverte Ó RenÚ Angelil

par Raymond Viger
jeudi 10 avril 2008

Doctorat honoris causa : distorsion de la mission universitaire ou « cheap labor » ?

Je vous écris M. Angelil en toute modestie. Je viens d’apprendre que Mme Dion a été proposée et acceptée pour recevoir les honneurs d’un doctorat honoris causa de l’université Laval.

Je suis totalement en accord avec cette reconnaissance pour Mme Dion. Mme Dion est une citoyenne du monde qui a fait rayonner le Québec partout où elle est passée. Elle est une fierté pour tous et un exemple remarquable.

Ce qui me dérange cependant dans cette remise, ce sont les motivations de l’université Laval dans le choix de ses candidats et la façon dont les candidatures se sont déroulées. Selon le reportage de Louis Philibert-Morissette du journal étudiant de l’université Laval Impact Campus :

Les membres du Conseil universitaire ont eu peu de temps pour se préparer à débattre de la valeur des aspirants, juge l’étudiant Jean-François Bergeron, qui siège sur le Conseil universitaire : “Le 4 février à 16 h 57, j’ai reçu un courriel de l’université Laval m’annonçant qu’il y avait un dossier à l’ordre du jour concernant les doctorats honoris causa. Ça ne nous laisse pas beaucoup de temps pour étudier les candidatures. La réunion se tenait le 5 février !

Nous apprenions aussi que :

De l’aveu même du président du comité des doctorats honoris causa, les honneurs donnés par l’université Laval s’inscrivent dans une stratégie de la ville de Québec, qui souhaiterait les appâter et faciliter ainsi leur visite dans la capitale cet été.

1- On parle d’une stratégie de la ville de Québec !!!

2- On parle du besoin d’avoir de gros noms pour le 400e de Québec.

3- On présente le doctorat honoris causa comme un “appât”.

J’ai l’impression que tout cela n’est devenu qu’une mascarade commerciale. On ne veut pas reconnaître le talent des personnalités, on veut bénéficier de leur présence et de leur visibilité.

Désolé, mais je suis obligé de questionner ces motivations.

- Est-ce qu’il y a prostitution de la mission des doctorats honoris causa au profit des fêtes du 400e ?

- Est-ce vraiment un honneur pour Mme Dion ou une façon de se servir de sa visibilité pour pas cher (lire cheap labor) ?

M. Angelil, j’ai totalement confiance dans votre capacité à négocier pour Mme Dion. Il est évident que je ne serais pas choqué d’apprendre que Mme Dion est prête à accepter son doctorat honoris causa... après les fêtes du 400e. Question de s’assurer que l’université Laval veut vraiment lui faire honneur et non pas se servir de sa réputation !

http://raymondviger.wordpress.com/2006/07/21/j-k-rowling-harry-potter-et-un-doctorat-honoris-causa/


Lire l'article complet, et les commentaires