Le XV de France au coeur de la tempÍte

par chronique d’un inconnu
mercredi 19 octobre 2011

À peine qualifié, dans la douleur, pour une inespérée finale de coupe du monde, le XV de France se retrouve au coeur d’un battage médiatique inédit aux antipodes. Stigmatisant les carences du jeu français, les journalistes et consultants néo-zélandais s’acharnent sur nos bleus. Mais que cache cette tempête qui s’abat aujourd’hui sur l’équipe de France ? 

Comme pour mieux expier ses vieux démons de 1999, c’est Andrew Merthens, le mythique ouvreur all black, qui lançait la fronde anti-française dès hier soir. « La France, sans ligne directrice, semble incapable de gagner la Coupe ». Le journaliste Peter Bills explique, quant à lui, que le XV de France a

« trahi l’héritage du rugby français dans son ensemble ». C’est omettre un peu vite la prestation héroïque de l’équipe galloise qui, réduite à quatorze tôt dans la partie, a donné aux bleus toutes les difficultés inimaginables.

Comme souvent dans l’histoire de la coupe du monde, c’est une presse néo-zélandaise sure de son fait et au comble de l’arrogance qui descend l’équipe de France. C’est pourtant oublier un peu vite le passé. Quand en 1999, la presse kiwi expliquait que seul un accident de bus pourrait permettre aux français de remporter le match, elle n’était pas encore avertie de l’extraordinaire force de caractère de cette équipe. Incontrôlable phoenix, renaissant sans cesse de ses cendres, jamais plus dangereuse que lorsqu’elle est attaquée, l’équipe de France a déjà renversé à deux reprise la montagne noire(1999 et 2007).

Une expérience qui ne semble pas atténuer les critiques all blacks. Au contraire, celles-ci n’ont jamais semblé aussi fortes. Quand on lit aux abords de l’Eden Park que « la France n’a aucune chance de gagner la Coupe du monde », on saisit deux aspects de la critique. L’une, fondée, remet en cause le jeu des bleus et le parcours favorable qui l’a mené où elle est actuellement. L’autre, plus dissimulée, révèle une volonté farouche d’en finir avec les échecs successifs des AB contre le XV du coq. Plus la critique s’élève, plus elle trahit une évidente peur de ruiner un parcours parfait, une fois de plus, face à ces maudits français qui attendent toujours de sortir un match référence en 2011.

Alors certes, l’équipe de France a de grandes chances de s’incliner face aux néo-zélandais ce dimanche. Certes, le parcours qui a mené les bleus en finale ne fut pas des plus compliqué. Mais cette équipe de France est attaquée au plus profond de son âme et les joueurs du coq ne laisseront certainement pas leurs valeurs être bafouées comme c’est actuellement le cas. Une fois de plus au pied du mur, les bleus peuvent réaliser le plus grand exploit de l’histoire du rugby, rien que ça. Le rendez-vous est pris.

Article à retrouver sur http://rubriquesport.wordpress.com/


Lire l'article complet, et les commentaires