Les casques protecteurs... une question de tÍte !

par Michel Tremblay
mercredi 14 décembre 2011

Dans les prochaines semaines, voire les prochains jours, les pentes enneigées de la province seront peuplées de plusieurs skieurs et planchistes. Par contre, pour quelques-uns d’entre eux, la question de la sécurité passe en deuxième place, puisqu’elle est devancée par l’apparence. Pourtant, il y a plusieurs risques de blessures graves qui peuvent être évitées ou atténuées par le port d’un casque protecteur. En voici quelques exemples.

Le Canada a fait partie d’une étude internationale, qui a démontré que la cause la plus commune des décès, des skieurs et des planchistes, sur les pentes, était les traumatismes crâniens. Les traumatismes cérébraux sont responsables de 50 à 88% des décès dans les stations de ski et de 67% des décès chez les enfants qui pratiquent ce sport. Ils représentent également, 3 à 15% des blessures subies par les skieurs et les planchistes. Par contre, des études ont démontrées que sur 10 personnes qui font l’usage d’un casque, jusqu’à 5 d’entre elles pourraient éviter un traumatisme crânien. De plus, il est faux de dire que le casque protecteur augmente le niveau risque de blessure au cou. Dans le même sens, il n’est pas vrai que les planchistes ou les skieurs portant le casque sont plus audacieux et prennent plus de risque les autres, puisque ceux-ci semblent faire preuve d’une plus grande prudence pour éviter des blessures.

Pour utiliser, le casque de sécurité efficacement, celui-ci doit être bien ajusté à votre tête et ne doit pas être usagé, puisqu’un casque de seconde main peut avoir été impliqué dans des accidents, être trop vieux ou ne plus être conforme aux normes. En effet, un casque doit être remplacé lorsqu’il a subit une collision ou lorsqu’il est âgée de 5 ans, car au fil du temps, le plastique qui compose les casques perd de l’intégrité et de l’efficacité à protéger le skieur ou le planchiste qui en fait l’utilisation.

Pour conclure, je crois que l’utilisation d’un casque de sécurité ne donne pas du tout une apparence stupide, mais rend plutôt la personne qui le porte plus informée sur les risques que comporte le sport qu’elle pratique. Selon moi, il n’y a plus aucune raison valable pour ne pas porter de casque de sécurité, puisque les nombreuses compagnies populaires de ski et de planches à neige sortent à chaque année de nouveaux modèles de casques plus tendances et plus sécuritaire les uns que les autres. Pour tout dire, je crois que le port obligatoire du casque de sécurité pour la pratique des sports alpins, serait une bonne chose, puisque cette obligation empêcherait, probablement, que de nombreux amateurs se blessent gravement et ne puissent jamais en refaire de leur vie. Si vous êtes de l’avis contraire, je crois que si cela deviendrait obligatoire, vous n’auriez pas le choix de suivre le règlement et si vous placeriez la pratique de ces sports à l’écart de votre hiver, je crois qu’il ne s’agirait pas d’un geste d’un vrai amateur !


Lire l'article complet, et les commentaires