Trois sportifs méconnus ou oubliés : Gerd Mueller, Sócrates et Max Schmeling

par Georges Yang
samedi 23 janvier 2010

Cet article n’est pas exactement un article sur le sport, bien que référencé, mais une réflexion sur la célébrité relative en fonction des modes. Il aurait été possible de choisir d’autres méconnus ou méritant plus de notoriété. J’aurais en revanche pu banalement composer sur Zidane, Pelé ou Cassius Clay dans le but d’attirer lecteurs et commentaires, j’ai sciemment choisi une autre approche. Pour faire plus confidentiel et français, j’avais le choix entre Sébastien Flute, l’archer, Raphael Poirée le médaillé du biathlon en ou encore Patrice Martin en ski nautique, mais il y a des limites à la confidentialité. Le côté décalé de Cantonna, la timidité de Rocheteau, l’arrivisme de Killy, Douillé et Lamour mériteraient une série d’articles à eux seuls, sans parler des « exploits » extra sportifs de Marie-Jo Pérec et Laure Manaudou. La seule qui se fit connaitre plus par sa plastique de poupée russe que par ses performances sportives et pour laquelle j’ai éprouvé cependant une certaine complaisance malgré la faiblesse de son tennis est la petite Anna Kournikova à qui on a envie de tout pardonner, mais de là à en faire un article, il y a plus d’un pas. Et puis, en dehors de la dimension sportive, c’est la personnalité de ces trois sportifs qui a retenu mon attention, est-ce suffisant pour faire partager mon intérêt, c’est à vous de juger.

1. Gerd Mueller, l’homme qui marquait des buts assis


Qui se souvient de Gerd Müller, l’anti Beckenbauer, le joueur petit et massif, sans élégance, au jeu efficace mais sans la grâce olympienne du Kaiser Franz ? Müller l’un des trois meilleurs butteurs en Coupe du monde toutes compétitions confondues avec le Français Just Fontaine, un autre oublié et le « grand » Ronaldo. Bien sûr, les fans de foot, connaissent tout sur Gerd Müller, mais ce sont ceux qui sont capables de vous déclamer le score Nœud-les Mines 2 - Castres 0, lors d’un 32ième de finale de Coupe de France ou s’extasier sur les buteurs du match Blénod contre Condom !


Gerd Mueller est né en 1945 à Nördlingen. Il ne paie pas de mine, est relativement petit et râblé, 1,76 mètre, son jeu est totalement sans ce côté impérial des grands joueurs renommés comme Pelé, Zico ou Maradona, il ne fait pas les couvertures de magazines et pourtant il est d’une efficacité redoutable. Toujours là où on ne l’attend pas pour marquer, toujours au milieu d’une forêt de bras, de tête et de jambes. Il est même capable de réussir à en placer un assis, le postérieur au sol après avoir été bousculé dans la surface de réparation. Rapide, inventif, on ne le voit qu’au dernier moment, souvent quand il est trop tard pour l’équipe adverse. Quatorze buts à lui seul en deux coupes du monde, contre treize pour Just Fontaine en une seule. Ronaldo fera mieux avec quinze réalisations, mais en trois coupes.

Butteur d’une efficacité redoutable, 68 buts en 64 matchs internationaux, il est un des rares à avoir marqué plus d’une fois par rencontre, sans compter ses exploits en club en championnat d’Allemagne et en Coupe d’Europe. Sa carrière internationale commence en 1966 par une défaite contre la Turquie et s’achève en apothéose avec la victoire de la Manschaft en Coupe du monde en 1974. Il prend sa retraite à 28 ans et on n’entendra plus parler de lui en dehors de quelques cuites moins médiatisées et moins outrancières que celles de George Best, « le cinquième Beatles  ».

Müller, l’anti Beckenbauer s’est pourtant illustré tant en équipe nationale qu’avec le prestigieux Bayern de Munich, moins teigneux que Rudy Vöeller, moins brutal que le gardien Schumacher qui blessa Battiston, on peut le considérer comme l’un des meilleurs footballeurs allemands, même si Uwe Seller, capitaine méconnu devrait aussi avoir sa part de célébrité ainsi qu’Oliver Kahn, presqu’aussi grand que Zoff et Yachine et bien meilleur que Barthès. Et pourtant son jeu est rugueux, sans fioritures, sans geste fabuleux. Tout est dans l’opportunisme. Müller est toujours bien placé, sait se rendre invisible et marque dans des positions impossibles. Et bien que de taille moyenne, il n’hésite pas à rivaliser de la tête avec des adversaires bien plus grands dans leur surface de réparation. Un tel désir d’attaque était rare à une époque ou le catenaccio, le béton faisait force de règle, Italie en tête, mais aussi Uruguay et d’autres pays pratiquant l’antijeu et où l’objectif était le jeu défensif et l’opportunité de marquer en contre. Seuls, à la même période, les Hollandais de Cruyft adoptent collectivement un football total, fait d’attaques successives où tout le monde participe. L’équipe d’Allemagne pratique déjà à cette époque un football stratégique et calculé, plaçant des hommes, anticipant des passes, technique où Beckenbauer excelle, tout comme en France Platini. Müller, lui se contente d’être là où on ne l’attend pas, il ne cherche pas la beauté du geste mais uniquement à marquer des buts. Et malgré son palmarès impressionnant, ses victoires en championnat allemand, en coupe d’Europe, trois titres avec le Bayern, un Ballon d’or de meilleur footballeur en 1970, il n’occupe pas la place qu’il mériterait au panthéon des joueurs d’exception, même en Allemagne. Si l’Irlandais du Nord George Best était sur le terrain un dandy et hors de celui-ci un fêtard de légende, Müller est malgré ses beuveries aussi discret dans le privé, que peu élégant sur la pelouse. Ce manque de grâce naturelle, a fait que celui que les Allemand appelaient « le petit gros » à cause de ses jambes courtes, ses cuisses énormes et son torse massif n’a jamais eu tout cet entourage de fanatiques et d’admiratrices énamourées comme Beckenbauer, Best ou Cruyft. Müller, un type qui serait passé inaperçu dans un autobus et qui mériterait autant d’honneurs et de gloire que le Kaiser Franz.

 

2. Sócrates, le médecin fumeur

Au Brésil, il y a le Dieu Pelé, et ensuite un groupe de demi-dieux comme Zico, Paolo César, Tostao, Carlos Alberto Ronaldo, Ronaldinho et quelques autres. Mais curieusement, Socratès est souvent oublié dans cet aréopage du football brésilien. Il faut dire que médecin, donc non sorti des favelas, fumeur et buveur, ce qui n’est pas un exemple pour la pureté du sport, ces deux éléments de sa biographie n’ont pas contribué à le faire entrer dans la légende. Une légende qui veut qu’au Brésil pour réussir dans le football, il faut être noir, né dans un bidonville, avoir abandonné prématurément l’école et avoir commencé à jouer pieds nus sur la plage, faute de moyens pour s’acheter des chaussures de sport.

Sócrates Brasileiro Sampaio de Souza Vieira de Oliveira, né en 1954 à Belém, n’est pas de ce milieu, cela ne l’a pas empêché d’égaler les plus grands et le fait de fumer ne l’a jamais pénalisé sur le terrain où il couvrait des distances impressionnantes avec il faut le reconnaitre une certaine nonchalance, car il n’a jamais été réputé pour sa vélocité Pas d’accélérations fulgurantes chez Sócrates, mais une vision globale du jeu et du terrain. Et en plus il portait les cheveux longs comme une crinière à la Rives, tout pour en faire l’antithèse du footballeur classique sud-américain.

Il jouera dans les plus prestigieux clubs brésiliens dont le Botafogo et les Coranthians de 1974 à 1989, 60 sélections en équipe nationale et 22 réalisations entre 1979 et 1986, il participa à deux Coupes du monde que le Brésil ne décrocha pas en 1982 alors capitaine et 1986. Par contre son passage à la Fiorentina sera un échec, dénonçant les matchs truqués du Calcio déjà miné par les paris sportifs, il restera souvent sur le ban de touche. Géant d’un mètre quatre-vingt treize, (ce qui était rare sur les terrains il y a 30 ans) il est l’opposé de Gerd Müller. Intellectuel, docteur en médecine et en philosophie, politiquement très engagé, il n’en a pas moins été un grand buveur, n’hésitant pas à s’en griller une avant de débuter un match. Ses réflexions sur le poids de Ronaldo, sa comparaison des footballeurs de son pays à des otaries de cirque ne lui ont pas valu que des louanges. Le frère ainé de Raï qui joua en France au PSG, est un donc un grand personnage. Il exerce désormais la médecine et continue à s’investir dans la vie politique de son pays, faisant des propositions sur le sport, l’éducation et la jeunesse au gouvernement Lula, sans pour autant lui être inféodé.

 

3. Max Schmeling, le soi-disant boxeur du Troisième Reich


Pour arriver à la célébrité universelle, Max Schmeling a été pénalisé par un triple handicap pour un boxeur, celui d’avoir été blanc, Allemand, avec une carrière sportive ayant évoluée pendant l’ascension du nazisme. Rien d’étonnant que son nom n’évoque pas grand chose sauf pour les férus de noble art et les historiens du sport. Ceux qui ne connaissent rien à la boxe identifient immédiatement les noms de Cassius Clay, alias Mohamed Ali, de Mike Tyson, éventuellement Carlos Monzon et pour la France de Georges Carpentier ou de Marcel Cerdan. Mais quasiment personne en France n’a jamais entendu le nom de Schmeling. Et pourtant Max Schmeling est un personnage attachant, mort presque centenaire et qui n’aurait jamais du voir son nom être associé au nazisme. Il fut le premier Européen champion du monde des poids lourds en 1930. Seul Carpentier avait réussi à s’imposer auparavant aux Etats-Unis en 1920, mais dans la catégorie des mi-lourds. Qui s’en souvient encore de l’Allemand ?


Max Schmeling est né à en 1905 d’une famille modeste comme de nombreux boxeurs, dans une petite ville du Brandebourg. Il est décédé en 2005 à Hollenstedt, presque centenaire, valide jusqu’en 1998, il est ensuite resté confiné à son domicile du fait de problèmes respiratoires, ce qui est exceptionnel dans ce sport où tant ont fini parkinsoniens où à moitié fou. Après avoir exercé plusieurs petits métiers, il commence une carrière de boxeur en 1924, passe professionnel et atteint la célébrité en devenant champion du monde des poids lourds en battant en 1930 l’américain Jack Sharkey par disqualification à la quatrième reprise. Il perd son titre aux points contre le même adversaire en 1932, mais c’est sa victoire pour le titre contre Joe Louis en 1936 au 12ième round qui en fera malgré lui le héros de l’Allemagne nazie. Une Allemagne qui verra dans cette victoire la suprématie de son idéologie ainsi que celle de la race aryenne. Le retour triomphant du nouveau héros de l’Allemagne se fera à bord du prestigieux zeppelin Hindenburg Mais Joe Louis reprend son titre au Yankee Stadium de New York en 1938 par KO technique à la premier reprise et Hitler et le régime se mettent alors à bouder Schmeling. On fait immédiatement le rapprochement avec un Führer humilié et bouder quittant le stade après les victoires de Jesse Owens aux Jeux Olympiques de 1936. Le sport allemand étant la vitrine de l’idéologie, la défaite est impensable et le vaincu tombe en disgrâce. Envoyé sur le front sans régime de faveur pendant le second conflit mondial dans un corps d’élite de parachutistes, Schmeling sera grièvement blessé au front après plusieurs missions et passera plusieurs mois à l’hôpital. Bien que mis en avant par la propagande nazie, Schmeling n’a jamais voulu adhérer au parti. Il a certes partagé quelques diners avec Hitler et le couple Goebbels, mais ce qu’on peut lui reprocher le plus, est de n’avoir pas été ouvertement un opposant au régime. Mais qui osait l’être explicitement en Allemagne à cette époque ? D’autant que le boxeur n’avait aucune culture politique préalable.

Il a cependant eu le courage de résister aux pressions des nazis qui voulaient le voir se séparer de son entraineur juif, Joe Jacobs, et divorcer de son épouse tchèque, donc slave, l’actrice Anny Ondra, une star de cinéma de l’époque avec qui il restera marié jusqu’à la mort de cette dernière en 1987. Il prit le risque de cacher deux jeunes juifs, les frères Lewin, dans sa chambre d’hôtel pendant la Nuit de Cristal et leur permit de quitter l’Allemagne pour gagner les Etats-Unis. Dès 1935, donc bien avant être devenu l’icône du régime et la couverture de Signal, des frictions opposent déjà Schmeling aux nazis qui lui demandent plus d’engagement militant. Il était libre, Max !

Les deux combats contre Joe Louis furent ainsi l’occasion d’une guerre de propagande entre les Etats-Unis et le Troisième Reich d’une rare intensité, d’autant que Louis était noir. Roosevelt le reçu même en l’enjoignant de battre le boxeur allemand pour l’honneur américain. Rare occasion pour Roosevelt de glorifier un noir, dans une Amérique guère plus tolérante à l’époque vis-à-vis des gens de couleur que l’Allemagne nazie. En fait, les deux combats Schmeling contre Louis furent présentés (déjà) outre-Atlantique comme la lutte du bien contre le mal par la presse américaine. Le public américain accueillit Schmeling avec des insultes, des crachats et jets de projectiles divers au Yankee Stadium à New-York. Le sport déjà rejoignait la politique. Schmeling cristallisa autant de fanatismes en Allemagne que de haine aux Etats-Unis. Il est certain que le boxeur allemand fut dépassé par les enjeux politiques et idéologiques qui entourèrent les deux matchs et que le sport fut relégué au second plan dans cet affrontement entre les deux systèmes.

La guerre passée, Schmeling fit tout pour faire oublier tout ce qui avait pu le lier de près ou de loin au nazisme (peut-être sincèrement, peut-être par calcul, rien n’est sûr, mais son passé plaiderait en sa faveur). En 1975, Schmeling déclara à un journaliste : « Avec le recul, je suis presque heureux d’avoir perdu ce combat. Imaginez que je sois rentré en Allemagne avec une victoire. Je n’avais rien à voir avec les Nazis, mais ils m’auraient donné une décoration et après le conflit, j’aurais pu être considéré comme un criminel de guerre. »

Le conflit mondial terminé, Schmeling ayant acheté les droits d’exploitation de Coca Cola pour l’Allemagne devint riche, retourna aux Etats-Unis et se lia d’amitié pour son ancien adversaire Joe Louis au point de porter son cercueil lors de son enterrement en 1981 au cimetière d’Arlington. Il participa d’ailleurs aux frais de funérailles, mais auparavant il aida financièrement Joe Louis ruiné par le fisc, malade et psychologiquement perturbé. Dans cet état d’esprit, il créa à Hambourg une fondation d’aide aux anciens boxeurs dans le besoin, la Philanthropic Max Schmeling foundation.

Bien que distingué meilleur sportif allemand de tous les temps, Schmeling doit au croissement de sa carrière avec le régime nazi une certaine discrétion et mis en veilleuse de sa célébrité en dehors de son pays. Alors qu’il était déjà riche, Schmeling continua tout de même la boxe après guerre et combattit jusqu’en 1948 à l’âge de 43 ans. Il termina comme beaucoup sa carrière par une défaite. Il a disputé au total 70 combats pour 56 victoires, 4 Nuls et 10 défaites (surtout en fin de carrière), combat de l’année en 1929, 31, 33 et 36, meilleur boxeur en 1930. Il fut le seul Allemand Champion du monde toutes catégories. Il est nommé membre de l’International Boxing Hall of Fame en 1992 tout comme Joe Louis


De nos jours, on peut comparer la frénésie qu’a pu déclencher l’opposition entre Max Schmeling et Joe Louis avec le match de hockey sur glace entre la Tchécoslovaquie et l’URSS après l’écrasement du Printemps de Prague en 1968, ou des matchs de football entre les deux Corées ou les Etats-Unis et l’Iran. Comparativement la main d’Henry ressemble à une tempête dans un verre d’eau. Quand la politique et l’idéologie se mêlent de sport, tous les excès sont permis. Et le Rambo du cinéma contre le boxeur soviétique n’est qu’une pâle illustration de ce que peut être ce genre d’affrontement.

 

PS : Une mention spéciale pour notre marathonien de 1956, Alain Mimoun, complètement tombé dans l’oubli. En cette période de débat sur l’identité nationale, cet ancien combattant de la seconde guerre mondiale, Indigène de la République, bien avant le battage outrancier autour du film, a toujours clamé son patriotisme et son attachement à la France, avec son franc parler, c’est peut-être une des raisons de la discrétion des médias.


Lire l'article complet, et les commentaires