Un « Eire » de déjà vu…

par Lord Mad
mercredi 18 novembre 2009

Et voilà, mercredi soir l’équipe de France n’a plus qu’à composter son billet pour l’Afrique du Sud, en assurant le minimum syndical, et le tour sera joué…

La France en coupe du monde, pour tout supporter digne de ce nom, c’est un ravissement, une fête, mais aussi une obligation.

Cette qualification qui serait alors arrachée aux forceps ne devra pas faire oublier la calamiteuse gestion de cette sélection depuis plusieurs années, un pas en avant, puis 2 en arrière, l’éternelle lambada Domenechiene a de quoi dérouter le supporter lambda, mais à y regarder de près on peut annoncer que les bleus sont tout aussi capables d’être sacrés champions du monde que de se faire sortir au 1ertour par des équipes de seconde zone…

2002 ou 2006 ? Au choix

Mais un trait dominera toujours : l’autogestion du groupe et la prise du pouvoir par les joueurs…

Nul ne nous fera croire que la « presque 2ème étoile » du mondial allemand (à une barre et un tir au but près) devait quelque chose au sélectionneur tant la bande à Zidane a décidé de tout dès le match couperet contre le Togo…

Car à part faire systématiquement rentrer Sydney Govou en fin de match, par une superstition quasi mystique puisée dans les astres, le coaching de Raymond la science s’est limité à une platitude absolue…

Même topo lors des 3 derniers matchs à enjeux des Bleus face à la Roumanie, la Serbie et l’Eire : des changements inopérants, incongrus, la plupart du temps à contre courant du jeu et de l’équipe…

 Mais il est vrai que la seule chose que les joueurs ne peuvent pas encore décider seuls, ce sont les changements et là le sélectionneur est livré à lui-même et l’on voit le résultat.

Amusantes les réactions après la victoire en Irlande non ?

Anelka qui répond au positionnement bas des deux joueurs de couloirs Thierry Henry et lui-même : « est-ce une consigne du coach ? » réponse magistrale « non avec Henry nous l’avons décidé nous-mêmes… » SIC

Et même interrogation après la mi-temps « Nicolas, en seconde période vous vous êtes baladé sur tout le terrain en électron libre, est-ce un repositionnement de Domenech ? » réponse tout aussi sublime « non c’est moi qui l’ai décidé tout seul !!! »

Dixit l’interview parue sur l’équipe.fr le lendemain…édifiant non ?

L’on sait désormais depuis des mois que le sélectionneur n’est qu’une marionnette instrumentalisée par des dirigeants pleutres qui s’agrippent à leurs fonctions et privilèges comme les naufragés au radeau de la méduse…

Le bateau sombre mais ne coule pas, mais à ce rythme là, sans capitaine à la barre, l’iceberg de rapproche à grand pas.

C’est quand même extraordinaire de voir une sélection jouer en Irlande sans idée directrice ni animation offensive pensée, sans correction tactique apportée par l’encadrement, même le commentateur TV, entraîneur du champion de France en titre, ne sait plus quoi dire devant cette ineptie du positionnement adoptée par une équipe sans cerveau à sa tête.

Certes comme le déclare Andrea Pirlo dans le dernier numéro de So Foot (clin d’œil à mon ami Giovanni !) « En football il n’y a plus rien en inventer, ce sont les joueurs qui font la différence… »

Ceci équivaudrait-il à dire que les sélections doivent se gérer route seule ?

La France est en avance sensible sur ses concurrentes à ce niveau là !

Finalement nous allons nous présenter en Afrique du Sud sans défense centrale et sans schéma d’animation offensive, qui dit mieux ?

Il est vrai que nous avons trouvé un vrai gardien de but, des latéraux de qualité et un récupérateur hors pair (Lassana Diarra) mais pour le reste que d’inconnues….

Abidal a fait un match honorable mais n’a pas oublié de commettre sa boulette hebdomadaire qui est sa marque de fabrique au haut niveau dans l’axe…

Et ce coaching innommable avec le premier remplacement effectué dans les arrêts de jeu alors que la défense verte était à l’agonie dans le dernier quart d’heure…

La France est devenue la risée de l’Europe avec son coach qui est perçu par nos adversaires comme sa principale faiblesse… Rappelez-vous simplement que la veille du match le premier danger de l’Eire était identifié en la personne de son entraîneur (cf la Une de l’Equipe), cela s’appelle le respect, celui que notre sélection et notre fédération ont savamment gaspillé et jeté aux oubliettes depuis 2006…

Et que dire de la leçon de sportivité et de fair-play donnée par le peuple irlandais et ses joueurs d’une correction fantastique depuis les hymnes jusqu’au coup de sifflet final….Parions-nous que le stade de France mercredi soir aura un comportement très différent ?

A vrai dire l’on a les supporters que l’on mérite et il serait bon de méditer à l’infini l’exemple de Dublin dans nos esprits, quand une sélection fait corps avec son peuple à travers toutes les strates de la population : peuple-fédé-coach-joueurs…

Ces joueurs sont certes limités mais ils ont un supplément d’âme et une fierté que nous ne sommes pas prêts de posséder chez nous par les temps qui courent, mais ceci déborderait du sport pour entrer dans un autre débat…

Et puis pour noircir le tableau, précisons que nous ne sommes pas encore qualifiés, et la tactique prudente du boutiquier en chef le l’équipe de France va être épouvantable à supporter mercredi soir, doit-on gérer ce résultat de l’aller ou attaquer billes en tête ? J’ai déjà mon avis sur la question et Raymond la science ne dérogera pas à ses habitudes, et jouer à la baballe entre défenseurs centraux c’est ce qui peut nous arriver de pire comme samedi dernier…

Aura-t-on pour une fois l’envie de se réhabiliter aux yeux de notre Nation, de ne plus calculer car c’est le meilleur moyen de payer l’addition à la fin ?

Finalement le match sera ce que les joueurs voudront bien en faire puisque l’on a compris que comme en 2006 les cadres de l’équipe gèrent le groupe.

Et cela a eu au moins un avantage considérable : Nicolas Anelka qui avait été épouvantablement exclu du mondial 98 par une décision de l’encadrement a pris les choses en main en Irlande en se gagnant presque tout seul le droit d’aller à la coupe du monde africaine…Somme toute, l’on n’est jamais aussi bien servi que par soi même…


Lire l'article complet, et les commentaires