Marine Le Pen - Bille en tÍte vers 2027

par gruni
mardi 5 décembre 2023

L'écrasante majorité de la population française en âge de voter, ne doute pas que Marine Le Pen se trouve la mieux placée pour prendre le pouvoir en 2027. Les observateurs politiques s'accordent également sur sa possible élection. Seuls les activistes d'autres partis politiques prétendront que c'est faux, une attitude compréhensible, comment pourrait-il admettre la défaite de leur candidat quatre ans à l'avance ? De plus, ceux qui auront 18 ans au moment des élections pourront s'exprimer, de quel côté les jeunes pourraient-ils faire pencher la balance ? En 2017, la candidate avait un programme qui n'était pas seulement sécuritaire ou lié au rejet de l'immigration. Quelques retouches seront donc nécessaires pour le réactualiser avec encore plus de social, voire une louche de populisme diront ses détracteurs. 

Cependant, qui s'intéresse et lit encore le projet des candidats, qui regarde sa faisabilité et bien sûr son financement ? Même, si le vote de l'électeur et la motivation du choix de son favori à l'instant T, garde encore quelques secrets. Tout le monde sait que le programme du président(e) élu(e) ne sera que partiellement respecté. Et puis déchiffrer un papier qui se laisse sagement écrire sans résister, ou lire une propagande qui nous parle d'un avenir tellement incertain, qu'il s'avère diablement compliqué à suivre et semble bien inutile à beaucoup d'électeurs pas forcément passionnés par la politique (sauf chez Hanouna).

Alors, me direz-vous, comment ne pas se tromper ou se laisser tromper. Peut-être qu'il faut faire confiance à son intuition ou son impression. Et malgré tout, il y a quand même dans le programme du candidat quelques mesures phares qui conviennent à ses exigences. N'oublions pas la couleur politique, certains électeurs y sont fidèles. L'indécis sera peut-être tenté d'écouter et croire béatement un tribun digne héritier du renard de "La Fontaine". Certainement pas le discours imbuvable d'une Valérie Pécresse en meeting. 

Toujours est-il que l'habile stratégie de dédiabolisation du RN fonctionne parfaitement, la preuve par les sondages qui voient Le Pen en tête au premier tour de la prochaine présidentielle, comment cela a-t-il été possible ? Les sondeurs seraient-ils tous des menteurs ? Bof, après tout, vous avez plusieurs versions sur la fiabilité des études d'opinions. Vous avez en premier le fameux, "les sondages ne sont qu'une photographie de la situation politique à un moment donné", le bla bla bla habituel. En second vient "les sondeurs se trompent tout le temps" et en troisième le superbe " ça dépend comment est posée la question". 

Enfin, dans la mesure du possible, même si l'exercice s'avère particulièrement ardu dans un pays si politiquement divisé, essayons de nous montrer suffisamment lucides pour expliquer ou comprendre pourquoi le seul espoir d'empêcher la victoire de Le Pen à la prochaine présidentielle porte le nom de... Édouard Philippe. Celui qui prétendait qu'il n'existait pas politiquement l'épaisseur du papier à cigarette entre lui et Emmanuel Macron. 

Parfois, ne dirait-on pas que les Français veulent bien renverser la table, mais sans casser la vaisselle ?

Maintenant, envisager une élection présidentielle sans même prononcer une seule fois le mot média, voilà une véritable performance. Car, l'idée qui circule serait que sans eux rien ne deviendrait possible. Mais, "qui sont les milliardaires qui collectionnent les médias français ?" Voilà, tout est dit, non ? Comment, avec notre petit bulletin de vote, lutter contre les puissances de l'argent ? En réalité, une part importante de la population ne fait pas confiance aux médias, mais nier l'influence de faiseurs d'opinions et des instituts de sondages serait d'une infinie naïveté. Néanmoins, penser que l'électeur se laisse manipuler aussi facilement n'est pas bien raisonné non plus. 


Lire l'article complet, et les commentaires