Ode Thibaut Pinot

par Pierrot29
lundi 24 juillet 2023

Il était sorti de son apaisante tranquilité vosgienne à Porrentruy. Nous étions en 2012, Madiot pleurait déjà, Wiggins allait remporter le Tour, Vingegaard et Pogacar étaient eux encore au centre aéré. Victoire d'étape, top 10 au général à 22 ans. Nous tenions là le nouveau Hinault. Ce fut simplement Thibaut Pinot.

2013 : auréolé de son nouveau statut avant le Tour, il s'effondre dans les descentes pyrénéennes. Nouveau paria, ancien héros.

2014 : Thibaut résilent. A nouveau héros, avec Péraud, dauphin de Nibali Vincenzo.

2015 : nouvelle déception au général, nouveau rebond en fin de course. Il s'impose à l’Alpe d'Huez, en haut.

2016 : le champion poursuit sa progression en gagnant un beau maillot. Lui le grimpeur devient champion de France de chrono.

2017 : pour fuir la pression, il part en Italie découvrir d'autres horizons. 4Eme du général, vainqueur d'étape, il découvre et réussit son Giro. Au Tour de Lombardie, il apprend aussi : à nouveau dauphin de Vincenzo.

2018 : Nouveau Giro. Sur le podium à 2 jours de l'arrivée il finit avec une pneumo une étape dantesque. Direction l'hosto. Il en sortira grandit en Lombardie : cette fois-ci le dauphin est Vincenzo.

2019 : « T'es grand, t'es très grand ». Il devait succéder à Hinault mais, hélas, ce fut un énième bobo.

2020 : Nous étions tous remontés comme des Rambo pour la revanche de Thibaut. A Nice, ce fut une nouvelle gamelle, celle de trop.

2021, 2022, 2023 : C'en était donc assez. Ce que voulait Pinot c'était se faire plaisir, sans pression, passer à l'ataque, gagner encore quelques étapes au tour des Alpes, au Tour de Suisse, être meilleur grimpeur du Giro. Simplement faire du vélo.

C'était ça Thibaut Pinot. C'était tellement beau.


Lire l'article complet, et les commentaires